add_theme_support( 'post-thumbnails' ); comptoir – ParisCool

11ème arrondissement – Boire son café au comptoir du Pure Café

11ème arrondissement - Boire son café au comptoir du Pure Café

Pour rien au monde, Charles ne manquerait son café du matin au comptoir du Pure Café. Fidèle du quartier, il aime cette parenthèse chaleureuse où il retrouve des habitués, comme lui, pour quelques échanges ponctués de sourires complices. Et quand le journal se libère, avec quel plaisir il feuillette les pages du quotidien mis à la disposition des clients. C’est cette chaleur paisible qu’il vient chercher ici et que chacun partage le temps d’une pause.

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

18ème arrondissement – Un coin tranquille au café de la Fourmi

18ème arrondissement – Un coin tranquille au café de la Fourmi

Décidément, il fait bon s’arrêter au café de la Fourmi, rue des Martyrs. Rien de sévère ni de parcimonieux dans cet endroit délicieux, et cette fourmi là ne dédaigne en rien la Cigale qui allonge ses files d’attente sur le trottoir du boulevard de Rochechouart, à deux pas. Un café où il fait bon lire, discuter de tout et de rien, ou simplement rêver un peu.

Acheter cette photo

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

16ème arrondissement – Le petit bruit de l’oeuf cassé sur un comptoir d’étain

160006 – Le petit bruit de l’oeuf cassé sur un comptoir d’étain

 

Il est terrible
le petit bruit de l’œuf dur cassé sur un comptoir d’étain
il est terrible ce bruit
quand il remue dans la mémoire de l’homme qui a faim
elle est terrible aussi la tête de l’homme
la tête de l’homme qui a faim
quand il se regarde à six heures du matin
dans la glâce du grand magasin
une tête couleur de poussière
ce n’est pas sa tête pourtant qu’il regarde
dans la vitrine de chez Potin
il s’en fout de sa tête l’homme
il n’y pense pas

Jacques Prévert

On ne voit plus d’oeufs durs sur les comptoirs des brasseries. La législation oblige à les conserver au réfrigérateur. On voit de plus en plus de miséreux qui errent au petit matin après une nuit dans la rue. Aucune circulaire n’oblige encore à les dissimuler à la vue des passants.

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris