12ème arrondissement – Le Passage du Chantier

Dans le petit monde du Faubourg, c’est dans le passage du Chantier et alentour qu’étaient installés les grands fours dans lesquels on brûlait les copeaux et les chutes de bois que les artisans avaient jugé inutilisables et dont il fallait à tout pris se débarrasser dans les règles pour limiter les risques d’incendie. On soignait donc le mal par le mal. Tout près, vers le Passage Lhomme, une grande cheminée de brique témoigne encore de cette activité.
Aujourd’hui, sauf accident comme en 1998, si les fours ne ronflent plus dans le Chantier, le Passage conserve encore son activité traditionnelle tournée vers le bois et la tradition du meuble, même si ici, comme partout dans le Faubourg, la confection mène un rude combat pour en chasser ses anciens locataires.

© gérard Lavalette pour ParisCool, les photos de Paris

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

4ème arrondissement – Visiter la capitale en auto

Nous étions monté jusqu’à la capitale et, en ce dimanche matin, les rues désertes semblaient nous inviter aux plus merveilleuses découvertes. Après la Bastille et sa colonne fichée au centre de sa place, autour de laquelle nous avions tourné deux fois pour mieux la contempler, la rue Saint Antoine nous conduisait tout droit vers la rue de Rivoli, la Concorde, les Champs Elysées, l’Arc de Triomphe…. Mais la place des Vosges? Nous voulions voir la Place des Vosges! Fallait-il tourner ici? Ou plus loin?

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

6ème arrondissement – Promener son chien sur le Pont des Arts

 

 
L’hiver arrive, les derniers rayons d’un soleil brumeux tentent de réchauffer quelques promeneurs frileux qui se hâtent vers d’obscures occupations, alors pourquoi ne pas promener tranquillement son chien sur le Pont des Arts. Tant qu’à faire d’un chien, autant en choisir un qui force le respect et pour cela rien de mieux que le dogue allemand, paisible et majestueux.

 
 
© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

10ème arrondissement – Goooooal Pointe Poulmarch

 

 

Ce fut un fameux tir et il claqua sèchement sur le mur célèbre de la petite place qui fait l’angle de la rue Jean Poulmarch et du quai de Valmy. Ce grand mur pignon sert de toile géante aux artistes de rue qui s’y relaient en bon ordre, tandis que les enfants de l’école voisine viennent, sur ce petit triangle de bitume aujourd’hui encore épargné par le mobilier urbain estampillé, disputer des parties acharnées de foot. De vagues projets de parc à vélo ou de plantations avaient bien été évoqués un temps, mais les espaces urbains en liberté méritent, comme les espèces menacées, qu’on les préserve. Et par miracle, aucun panneau publicitaire n’a encore eu raison de ce mur. Un miracle!

 
 
gérard Lavalette pour ParisCool, les photos de Paris

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

18ème arrondissement – La fille à la peluche de la rue la Vieuville

  

  
Souvent pour s’amuser, des filles pas trop sages,
prennent dans leurs joujoux des peluches hors d’âge
Et les fixent pour rire aux piquets de la rue
Pour des rires moqueurs et des jeux imprévus.

Eux qui furent jadis des doudous adorés
On leur tire la queue, on leur pousse le nez,
On les photographie pour mieux s’en amuser.

Chacun ressemble un peu à ces jouets déchus
Qui furent de leurs temps les princes de leur âge
Et rêvent en silence à ces instants perdus
en jetant sur la rue des regards éperdus.

La vie mouvementée d’une peluche
  

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

Tous pour Ganesh boulevard de la Chapelle

 

 
Quel spectacle! Chaque année, les fidèles partent du Temple de Ganesh, à grand renfort de tambours et de symbales, et parcourent pendant plusieurs heures les rues et les avenues du dix-huitième en l’honneur du Dieu Ganesh. Les fidèles, parés de leurs plus beaux atours, défilent en riant et en unissant leurs forces pour tirer le char de la divinité, entièrement recouvert d’étoffes rouges et blanches et décoré de nombreuses guirlandes, de fleurs fraîches, de régimes entiers de bananes, de noix de coco et de feuilles d’aréquiers. Un spectacle qui, comme le nouvel an chinois, fait aujourd’hui partie des traditions parisiennes.

Le temple de Ganesh

 
 
© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

1er arrondissement – Prière à Saint Eustache

 

 
En cherchant une photo pour tenter de rehausser le niveau moral de cette photothèque, celle-ci, prise à Saint Eustache s’est imposée d’elle-même. Une lumière pleine de spiritualité, une jeune femme la tête joliment parée d’un voile, une atmosphère sereine, tout y était . Bâtie sur les fondations d’une ancienne église élevée en l’honneur d’une jeune vierge, sainte Agnès, martyrisée par les Romains, Saint Eustache, l’église des Halles, fut ainsi nommée en l’honneur de la relique de ce saint que la basilique de Saint-Denis lui avait offerte. A ce point de l’histoire de cette église, deux réflexions vinrent interrompre mon élan littéraire. La première sur la curieuse manie qu’avaient nos anciens de distinguer les femmes martyrisées selon qu’elles étaient vierges ou pas. La seconde sur cette manie d’envoyer des bouts de cadavres en cadeau. Bref, pour cette fois, je décidai de cesser là mon commentaire: la photo se suffirait à elle-même.

Mais si vous souhaitez en savoir davantage, vous pouvez vous rendre sur l’excellent site de la Paroisse: l’histoire de l’édifice vaut d’être méditée.

 
 
gérard Lavalette pour ParisCool, les photos de Paris

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

18ème arrondissement – Pochoir SM rue André Antoine

On sait que la discipline, celle qui s’administre, a longtemps fait partie des moeurs ecclésiastiques, mais quand ce petit pochoir est apparu rue André Antoine, en bas de l’escalier qui borde l’église Saint Jean des Abbesses,un frisson a parcouru le quartier. D’autres trouvaient cette forme de pénitence d’un oeil indulgent, en rappelant celle d’Henri IV à Canossa, en 1077, où l’empereur du saint empire germanique, fut contraint de se traîner trois jours durant aux pieds du pape Grégoire VII. Peut-être notre pêcheur montmartrois avait-il beaucoup de choses à se faire pardonner, lui aussi? En tous cas, des bonnes âmes eurent tôt fait de passer une éponge purificatrice sur le mur qui depuis, se désole qu’on lui ait effacé son joli dessin…

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

12ème arrondidssement – Une bonne sieste place de la Bastille

Tout allait bien: la place de la Bastille en diagonale, un petit clin d’oeil à l’Opéra Bastille, la rue de Lyon en enfilade… jusqu’au coup de sifflet strident…!!! Comment voulez-vous dormir avec un raffut pareil?

Quand on s’endort au volant, le réveil peut être assez désagréable surtout quand on se retrouve nez à nez avec un agent qui vous demande vos papiers et que vous ne savez plus très bien dans quelle poche du pyjama vous avez bien pu les ranger… Ce n’est pas une raison pour qu’il essaie de regarder sous la couette, on a sa dignité tout de même!.

Bon, je baille déjà… Ce qu’il me faut c’est une bonne sieste et après, hop, au lit!.

© gérard Lavalette pour ParisCool, les photos de Paris

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

13ème arrondissement – Les quais de la gare d’Austerlitz

A cause, sans doute, des travaux qui y mènent grand tapage, les quais de la gare d’Austerlitz, ce jour là, fleuraient bon la petite gare de province et on se prenait à voir, en regardant au loin, un gros panache de fumée et à entendre le bruit sourd des pistons d’une antique machine à vapeur ramenant des plages des hordes de vacanciers. En attendant, pas de locomotive, pas de voyageur, pas d’employé, mais une douce torpeur entre les voies 19 et 20.

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

Share on FacebookTweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on Google+Pin on PinterestPrint this page

LouiseBrooks theme byThemocracy