4ème arrondissement – Gérard de Saint-Martin

4ème arrondissement - Gérard de Saint Martin

Comme souvent, mes pas m’avaient conduit rue Saint Martin, au coin de la rue Pernelle. C’est là que celui qu’on nommait affectueusement Gérard de Saint Martin habitait, dans une petite boite en bois accrochée aux grilles d’un parking . Je lui apportais du tabac gris, d’autres fois des madeleines qu’il émiettait pour les oiseaux qui avaient pris l’habitude de venir nombreux devant son petit logis de fortune. Il est mort début 2008. La boite a disparu et ce furent les motos qui prirent sans vergogne sa place laissée vacante. Depuis et cela lui aurait fait plaisir, l’endroit est occupé par un container de récupération de vêtements usagés. Sois heureux où que tu sois, Gérard, toi qui craignais tant les extra-terrestres, tout le monde t’aimait, tout le monde aimait ton sourire et ta gentillesse. Ce soir là  je n’étais pas le seul à être triste.

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

4ème arrondissement – métro Cité

040056 - station de métro Cité

 

Il en va des stations du métro comme des hommes, il y en a des grosses et des minces, des hautes et des basses. La station Cité, noblesse oblige, fait partie des stations dont l’arc s’élève plus haut que la moyenne, un peu comme Saint Lazare, et son éclairage particulier, très élégant avec ses lustres à trois globes, tend encore à la distinguer davantage. Dernière particularité, elle ne comporte plus qu’une issue, place Lépine, à l’extrémité du marché aux fleurs et aux oiseaux. Les deux autres sorties, l’une dans la Préfecture de Police et l’autre dans le Palais de Justice, bien qu’innocentes (¡), ont été condamnées pour des raisons de sécurité depuis plus de trente ans.

 

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

4ème arrondissement – Lost in Paris

4ème arrondissement - Lost in Paris

 

Elles vont par deux, ces petites touristes, leur guide ou leur smartphone à la main, et arpentent les rues de Paris.  Le plus souvent japonaises ou coréennes, elles n’hésitent pas à se perdre dans les petites rues du Marais , de Montmartre ou de Belleville. Perdues parfois? Peut-être, mais pour leur plaisir certainement. Quant aux hommes ils préfèrent visiblement les voyages organisés aux déambulations solitaires. Les aventurières ce sont elles.

4ème arrondissement – le village Saint-Paul

 

4ème arrondissement -  Le village Saint-Paul

 

J’avoue que j’aime beaucoup les cours pavées du village Saint-Paul, ce quartier du Marais entre la Seine, la rue Saint Antoine et la rue de Rivoli, rénové à la fin des années 70. Rien de tel pour musarder tranquille en regrettant parfois que promeneurs et touristes n’en découvrent pas davantage les charmes cachés.

 

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

4ème arrondissement – Crépuscule quai de Corse sur le pont Notre Dame

Crépuscule quai de Corse sur le Pont Notre Dame

Le quai de Corse est très à pic et on ne se promène pas au bord de l’eau sur cette rive nord de l’île de la Cité qui se dresse, un peu comme un rempart, pour protéger ce qui fut longtemps le coeur du royaume de France. Cette hostilité revêche s’apaise le soir, quand le Pont Notre Dame illumine ses jupes de métal et allume ses réverbères. Alors le ciel vire lentement du bleu sombre au noir et les ponts alignent leurs arches pour un court instant de recueillement.

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

4ème arrondissement – La rue du Prévôt

4ème arrondissement - La rue du Prévôt

Anciennement rue Perciée, puis rue Percée, comme en témoigne la pierre gravée sur le mur de gauche, cette rue du sud du Marais prit le nom de rue du Prévôt en 1877, du nom d’un hôtel particulier qu’elle bordait. N’importe, avec ses maisons de pierre, son étroitesse qui la réserve aux piétons, ses pavés luisants dès la nuit tombée, elle nous évoque irrésistiblement un Paris révolu, mais dont le charme nous émeut d’autant plus.

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

4ème arrondissement – Le temps qui passe à l’Etoile Manquante

Le temps passe à l'Etoile manquante

En plein Marais, l’Etoile Manquante est clairement coupée en deux : sa petite terrasse d’un côté où les touristes se pressent pour profiter du spectacle quotidien de la rue Vieille du Temple, et son comptoir, plongé dans une obscurité et une tranquillité apaisées et mystérieuses. Là, sous le regard de l’imposante horloge, le temps semble ralentir sa course et donner à ces quelques instants de paix encore plus de saveur.

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

4ème arrondissement – Giuseppe, l’homme aux pigeons

Giuseppe, l'homme aux pigeons de Beaubourg

 

Tous les matins, Giuseppe nourrit les pigeons sur la place Georges Pompidou. Les touristes raffolent du spectacle, même si Giuseppe ne raffole pas des touristes dont le seul plaisir semble être de faire s’envoler les oiseaux pour la photo. Et à ceux qui lui reprochent de favoriser la prolifération de ces volatiles sur la place, il répond tranquillement qu’il ne favorise rien du tout, que les pigeons sont là et qu’il ne fait que leur donner une nourriture saine et équilibrée, parce qu’il vaut mieux des pigeons en bonne santé que des pigeons malades. Quand à la limitation du nombre de pigeons à Paris, il ne s’y oppose pas, mais répond que c’est l’affaire des autorités, pas la sienne. Chassé de chez lui, villipendé par quelques habitants du quartier, souvent pris à partie, Giuseppe a aussi des amis et des défenseurs. Voir ici la page des Amis de Giuseppe.

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

4ème arrondissement – Julie et son parapluie rue des Guillemites

4ème arrondissement - Julie et son parapluie rue des Guillemites
Coincée entre la rue Sainte-Croix-de-la-Bretonnerie et la rue des Blancs Manteaux, la rue des Guillemites surprend par son nom. Les mites ne font rien à l’affaire, ni les guenilles miteuses des moines mendiants de Saint Guillaume qui l’habitèrent un temps, mais il vient du nom de leur manteau,  guillaumite. Il est toujours agréable de s’instruire un peu.

Julie s’en moquait bien et avançait hardiment dans cette rue pittoresque. Le temps n’était pas très engageant et menaçait à chaque instant d’une giboulée, d’une averse, d’une bourrasque les passants intrépides. Julie n’ayant rien prévu d’autre que son petit bonnet de laine, s’arrêta devant l’étalage d’un marchand de tout et aussi de parapluies et resta longtemps à hésiter sur la couleur. Quelques flocons dansèrent dans le ciel et finirent par la décider. Celui-ci ferait l’affaire. Elle avait fière allure Julie, rue des Guillemites, sous son parapluie tout neuf.

L’Atelier des Guillemites, 3 rue des Guillemites Paris 4ème

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris