18ème arrondissement – Un coin tranquille au café de la Fourmi

18ème arrondissement – Un coin tranquille au café de la Fourmi

Décidément, il fait bon s’arrêter au café de la Fourmi, rue des Martyrs. Rien de sévère ni de parcimonieux dans cet endroit délicieux, et cette fourmi là ne dédaigne en rien la Cigale qui allonge ses files d’attente sur le trottoir du boulevard de Rochechouart, à deux pas. Un café où il fait bon lire, discuter de tout et de rien, ou simplement rêver un peu.

Acheter cette photo

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

18ème arrondissement – Petit pas de danse rue Paul Albert

18ème arrondissement - Petit pas de danse rue Paul Albert

L’air léger, un petit avant-goût de printemps, les couleurs acidulées des tables du joli café l’Eté en Pente Douce, on n’aurait su dire ce qui rendait les passants très joyeux ce matin là. Les enfants riaient sans crier, les amoureux se serraient un peu plus fort et certains n’hésitaient même pas à patiner sur les pavés de la rue Paul Albert.

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

18ème arrondissement – Annabelle rue Planquette

Annabelle rue Planquette

Il faisait beau, l’air était léger et Annabelle avait fort envie d’un verre de vin frais. Elle mit son plus beau chapeau, une petite tenue légère et s’en fut rue Robert Planqtette, à deux pas de la rue Lepic, s’installer à la terrasse de la Midinette. Une belle journée, en somme.

© gérard Lavalette pour ParisCool, les photos de Paris

18ème arrondissement – La rue Berthe

18ème arondissement - La rue Berthe

C’est devenu une innocente manie, quand je passe en haut de la rue Berthe, je m’arrête quelques instants pour profiter de sa perspective. C’est le soir qu’il faut venir flâner ici. La pharmacie, du haut de sa rambarde, lorgne la place Emile Goudeau et ce qui reste du Bateau Lavoir, quelques passants se hâtent et les derniers touristes tournent leur plan dans tous les sens en espérant s’orienter jusqu’à la rue d’Orchampt pour voir enfin ce fameux Moulin de la Galette. Mais rien ne vaut finalement cette petite merveille de trottoir en rond, ces pavés luisants et ce creux qui semble inviter le promeneur à prendre son élan pour une dernière escalade de l’escalier de la rue du Calvaire jusqu’à la place du Tertre.

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

18ème arrondissement – Marcher sur les murs rue saint Eleuthère

Paris 18ème - Marcher sur les murs rue Saint Eleuthère

Peter Pan n’aurait pas désavoué ces petits touristes en train de marcher sur les contreforts de la rue saint Eleuthère. Les monuments ne les intéressent guère et je ne les ai pas vu lever les yeux vers les sommets de cette basilique élevée pour implorer le pardon d’une dégradation morale qui aurait amené la défaite de la France en 1870 et expier les crimes de la Commune. D’ailleurs, les touristes ne font pas autre chose, je parle des adultes et des adolescents, ils montent en flots continus jusqu’au parvis de l’imposant monument religieux, les yeux rivés sur le bout de leur tennis, se retournent et s’assoient sur les dernières marches pour regarder Paris et sa lumière et souffler un peu. Après dix minutes de récupération, ils se surprennent à reprendre en coeur les refrains d’un musicien des rues et à applaudir aux exploits d’un jeune joueur de football qui jongle avec son ballon sur un parapet. Puis, ils redescendent, heureux de leur balade, une improbable gravure imprimée en Chine roulée sous le bras où il est vaguement question du Moulin Rouge… Quand aux enfants, il sera très difficile de les convaincre qu’ils n’ont pas volé vraiment, ne fut-ce qu’un instant, du côté de la rue saint Eleuthère.

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

18ème arrondissement – Jazz et pas de danse place des Abbesses

18ème arrondissement - Jazz et pas de danse place des Abbesses

 

Les musiciens viennent souvent tenter leur chance place des Abbesses et c’est un des charmes de cette petite place, avec son métro et sa verrière signée Hector Guimard, son manège forain et son jardin orné du mur des « Je t’aime » caligraphiés dans toutes les langues. Ce jour là, la douceur de l’air, le talent et la joie de vivre des musiciens, la bonne humeur du public, l’émerveillement des tout petits et l’ébahissement des touristes ravis ont fait que le concert improvisé du groupe Omega a tourné à la fête et au plaisir partagé d’un instant rare de communion. Qui s’en plaindra?

Le groupe Omega

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

18ème arrondissement – La place du Tertre sous la neige

180055 - la place du tertre sous la neige

 

Parfois, l’hiver nous réserve de bonnes surprises. Evidemment, il faut aussi se lever tôt, avant les touristes qui, eux, ne reculent devant rien pour prendre possession des lieux. Alors, quand la neige est au rendez-vous, que les peintres n’ont pas encore posé leur chevalet et que ce n’est pas la saison où les restaurants ont le droit d’occuper la moitié de l’espace, la place du Tertre daigne nous offrir sa plus belle perspective.

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

18ème arrondissement – Quoi de mieux qu’un petit verre en terrasse à Montmartre?

180054_paris_boire_un_verre_en_terrasse_a_montmartre

Oui, quoi de mieux, je vous le demande? Et nos deux compères n’ont-ils pas l’air à leur affaire? Il suffit parfois de quelques pas pour s’éloigner un peu des restaurants où s’engouffrent les cars de touristes suivant docilement le parapluie rouge de leur guide. Quelques pas de côté, une ou deux rues à l’écart, et Montmartre est là, plein de sa bonhommie gouailleuse. Installez-vous et souriez en connaisseur aux bons mots qui fusent entre les habitués: vous voilà adopté.

© gérard Lavalette pour ParisCool, les photos de Paris

18ème arrondissement – La fille à la peluche de la rue la Vieuville

180053_paris_la_fille_a_la_peluche_de_la_rue_la_vieuville

Souvent pour s’amuser, des filles pas trop sages,
prennent dans leurs joujoux des peluches hors d’âge
Et les fixent pour rire aux piquets de la rue
Pour des rires moqueurs et des jeux imprévus.

Eux qui furent jadis des doudous adorés
On leur tire la queue, on leur pousse le nez,
On les photographie pour mieux s’en amuser.

Chacun ressemble un peu à ces jouets déchus
Qui furent de leurs temps les princes de leur âge
Et rêvent en silence à ces instants perdus
en jetant sur la rue des regards éperdus.

La vie mouvementée d’une peluche
© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris