18ème arrondissement – Les défenses du cimetière de Montmartre

180050_paris_les_defenses_du_cimetiere_de_montmartre

Le cimetière de Montmartre, créé vers 1825 sur d’anciennes carrières de gypse, connut tout de suite de sérieux problèmes de sécurité. A cette époque, pas de profanations gothiques de jeunes blasés mais des dégradations triviales de pilleurs de tombes qu’on essayait de chasser par tous les moyens, y compris des pièges à feu. On dit même que ces pièges coûtèrent la vie à un conservateur (quel titre approprié!) du cimetière lors d’un essai, un certain Vaulabelle. Quand on décida, en 1885, de prolonger la rue Caulaincourt jusqu’au boulevard de Clichy, on lui fit enjamber le coin sud-est du cimetière. Cela n’améliora pas la sécurité et on eut alors l’idée de protéger ce nouvel accès par d’impressionnantes piques en fer forgé qu’on peut encore admirer du haut de l’escalier qui descend vers l’entrée du cimetière depuis la rue Caulaincourt jusqu’à l’avenue Rachel en contrebas. Aujourd’hui, les enfants et les pigeons s’y accrochent en de réjouissantes et dangereuses compétitions, mais avec, il faut le reconnaître, un net avantage pour les pigeons.

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

18ème arrondissement – Le peintre de la rue Norvins

180049_paris_le_peintre_de_la_rue_norvins

Pas de touriste en vue à cette heure. Personne d’ailleurs dans les rues de la butte Montmartre en ce petit matin blême et la rue Norvins sort à peine de la torpeur de la nuit. Seul un peintre pousse avec peine son chariot sur lequel s’empilent chevalets et toiles pour rejoindre son emplacement réservé de la place du Tertre. Les côtes sont raides par ici mais il faut se hâter car dans une heure à peine les rues et les terrasses seront envahies de touristes en quête de la moindre trace de pittoresque… qu’il sera alors bien difficile de trouver.

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

7ème arrondissement – Les jardins du cinéma La Pagode

7ème arrondissement – Les jardins du cinéma La Pagode

Jardins à l’orientale et temple japonais, il faut, avant ou après votre séance, vous promener un peu dans ce lieu incroyable. Il s’agissait à l’origine d’un cadeau du patron du Bon Marché à son épouse. Chic, non? Côté cinéma, l’endroit fut un haut lieu du cinéma d’auteurs et de la période Art et Essais. Dans un arrondissement déserté par le septième art, en dehors d’un auditorium au Quai d’Orsay et d’une salle spécialisée au musée du Quai Branly, la Pagode résiste. Allez, une petite toile et un thé, cela vous tente? C’est au 57 bis, rue de Babylone.
Le cinéma la Pagode

© gérard Lavalette pour ParisCool, les photos de Paris

6ème arrondissement – L’eau bénite de la chapelle Saint Martin de Saint Sulpice

L'eau bénite de la chapelle Saint Martin de Saint Sulpice

Saint Sulpice a cet avantage sur d’autres églises parisiennes d’être vivante sans être envahie par les touristes. Il y en a, certes, mais cela n’atteint pas la folie furieuse de Notre Dame ou du Sacré Coeur, d’autant que les fanatiques lecteurs du Da Vinci Code semblent s’être rendus à l’évidence : la clé de voûte de l’édifice ne cache aucun mystère. Elle a aussi cette particularité de réunir une communauté active de fidèles, paroissiens du quartier ou visiteurs je ne sais, qui lui donnent un petit air vivant là ou d’autres sont plongées dans une solitude obscure. Et elle offre enfin une autre curiosité nichée dans la chapelle Saint Martin : une superbe lessiveuse d’eau bénite à la disposition de tout un chacun souhaite en faire provision pour de pieuses ablutions. Je n’avais vu cela nulle part auparavant, sauf à Lourdes évidemment, mais peut-être ne s’agit-il de ma part que la preuve de mon ignorance.

6ème arrondissement – Les trésors cachés de la chapelle des Petits Augustins des Beaux Arts

6ème arrondissement - Les trésors cachés de la chapelle des Petits Augustins des Beaux Arts

C’était une tradition: chaque artiste lauréat du prix de Rome devait, pendant son séjour à la Villa Médicis, réaliser une copie d’une oeuvre prestigieuse de l’art italien et l’envoyer aux Beaux Arts. Et les plus représentatives de ces copies, à l’échelle ou au demi, se retrouvent pour la plupart dans la magnifique chapelle des Petits Augustins. On y retrouve donc le moulage du Colleone de Verrochio du Campo San Giovanni e Paolo de Venise trônant devant la copie au demi du plafond de la chapelle sixtine tranformée en fond de choeur, le tout trônant à côté de la Pieta de Michel Ange ou d’autres merveilles encore. Depuis quelques mois, accompagné d’un guide, on peut visiter cette chapelle, mais aussi la bibliothèque Stratis Andreatis, la cour vitrée du palais des études ou l’amphithéâtre d’honneur où était proclamé ce fameux prix de Rome. Que de merveilles!

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

5ème arrondissement – Madison rue Mouffetard

5ème arrondissement - Madison rue Mouffetard

Il y a des quartiers comme ça où il fait bon se promener, sentir la vie, faire les vitrines, donner quelques pièces au joueur d’accordéon et papoter un peu en achetant ses légumes avant d’aller s’asseoir à la terrasse d’un petit café accueillant.

Et quand en plus quelques animations viennent égayer la matinée, comme ce madison dansé hardiment comme dans les surprises parties d’antan, alors le plaisir est complet.

© gérard Lavalette pour ParisCool, les photos de Paris

5ème arrondissement – Le Point de fuite station du Port Royal

5ème arrondissement - Le Point de fuite station du Port Royal

Le souvenir de l’attentat de 1996 s’efface peu à peu de nos mémoires et la station du Rer a retrouvé son calme un peu provincial, qui fait du bien sur cette ligne B si encombrée. Et plus personne ne prend la fuite ici, sauf les lignes des quais et des rails.

Voir ici le reportage de l’attentat sur Ina.fr

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

18ème arrondissement – les toits enneigés de la butte montmartre

180048_les_toits_enneiges_de_la_butte_montmartre

La neige sur Paris n’est pas si fréquente. Alors quand elle tient sur les toits et que la lumière s’en mêle, le photographe grimpe quatre à quatre les escaliers de la butte en espérant qu’il arrivera à temps et que le ciel aura conservé cette teinte violette si fugitive.

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris

4ème arrondissement – Prendre le bus en marche pont Louis-Philippe

4ème arrondissement - Prendre le bus en marche pont Louis-Philippe

C’était vraiment un sport national que de courir après le bus et de monter à la volée sur la plateforme arrière. Il suffisait du concours du receveur ou d’un passager compatissant pour dégager la chaîne et le tour était joué. On pouvait alors tranquillement allumer sa cigarette et s’accouder à la rambarde pour admirer le paysage. Prendre le bus alors était un vrai plaisir et ni le froid ni la pluie ne décourageaient les acharnés. C’est le 29 qui a été le dernier des bus à plateforme avec un parcours de rêve qui passait devant l’Opéra et se faufilait dans le marais. Les amoureux du grand air et des balades dans Paris en sont aujourd’hui réduits à emprunter les véhicules à étages des lignes touristiques. On en connaît.

© gérard Lavalette pour ParisCool, les photos de Paris

18ème arrondissement – Petite pause sur les marches de la rue du calvaire

180047_paris_petite_pause_rue_du_calvaire

Le moindre rayon de soleil est l’occasion de se reposer un peu sur les paliers des escaliers qui prennent d’assaut la butte Montmartre. Il faut dire que le charme de ces rues pleines de marches résiste à tous les clichés. Et quand le soleil allonge l’ombre des réverbères et se joue du feuillage des plantes grimpantes sur les murs, le plaisir vous prend et vous incite à la contemplation.

© gérard Laurent pour ParisCool, les photos de Paris